Besucherzahler




, (CERCEC) (EHESS) (CNRS), .


1. 2010

   

Alain BLUM

PARADOXE


Comme lont souligné les intervenants précédents, nous sommes aujourdhui en présence de récits nationaux reconstruits pour conforter des nouveaux États, mais aussi une histoire qui se reconstruit suivant une période dignorance ou de négation qui a duré jusquau début des années 1980. Cest la combinaison de ces deux dimensions, réécriture indispensable dune histoire du 20ème siècle où lURSS a une place centrale, et réécriture de cette histoire de points de vue divergents, tenant à cette réécriture dune histoire nationale, qui provoque ces débats. Elle conduit à un déploiement législatif nouveau dans toute lEurope, une judiciarisation du récit historique que Pierre Nora a qualifié à juste titre de dérive (pensons au débat sur le communisme en Union européenne, dont la dimension historique qui conduit à mêler stalinisme, communisme, et bien dautres concepts, sans grand discernement historique). Elle conduit aussi, il faut le souligner, à ce développement des Instituts de la mémoire nationale, dans de nombreux pays dEurope centrale et orientale, aux statuts parfois complexes, à la marge entre historien et politique.

Lhistorien doù il soit, surtout lhistorien du 20ème siècle mais pas seulement, est désormais face à cette difficile et contradictoire réécriture de lhistoire de lEurope (essentiellement). Cest sans aucun doute devant ce passionnant objectif, que nous devons poser la question de la relation entre histoire, historien et pouvoir. Elle se pose ici, en Russie, elle se pose comme rarement en France, ailleurs, montrant que cette question de la relation nest pas propre à la Russie.

Je parlerai ainsi dune part en tant quhistorien de la Russie et de lURSS, qui porte ainsi un regard sur le travail historien en Russie, sur les relations entre histoire et pouvoir dans ce pays, mais que je soulève aussi en tant quhistorien français, qui réagit, dans son propre pays aux débats sur les relations entre monde politique et travail scientifique, sur lusage politique de lhistoire, qua souligné Pierre Nora, désormais bien trop fréquent, sur linstrumentalisation de lhistoire.

(ce pseudo débat sur lidentité nationale, où le politique exige presque que les scientifiques participent à un débat que ces derniers rejettent et nont pas suscité. en est un exemple)

On est donc ici au cœur de lautonomie du travail scientifique, et de sa relation avec la sphère publique, avec la société.

Je souhaiterai dabord souligner un paradoxe russe, que la mise en parallèle des interventions de Pierre Nora et Valerij Tishkov montre bien :

Dun côté une relation que je qualifierai de déroutante, de particulière, entre lhistoire et le politique, entre lhistorien et létat, qui conduit lhistorien à participer directement à la constitution dun discours sur la nation, à la construction de la mémoire nationale, en établissant des relations particulières avec le monde politique.

Du même côté, un accès aux archives, cœur de lélaboration du travail historien, qui reste soumis à beaucoup darbitraire, qui a eu tendance à se restreindre, qui laisse penser que seuls certains peuvent avoir accès à certains fonds, sils sont en cour auprès de telles ou telles institutions, qui laissent des fonds entiers darchives fermés ou à accès réservés, alors que la loi sur les archives devrait permettre dy avoir librement accès.

Enfin, de cet étrange dimension du travail historien, je retiendrai aussi cette élaboration dune histoire nationale publique à travers la publication de manuels ou autres ouvrages destinés à un large public, faite par les historiens, en contradiction presque totale avec le travail historien mené dans le monde entier, pour écrire ou réécrire lhistoire de ce pays, lhistoire du 20ème siècle en général.

Comme si une partie de la communauté historienne de Russie, pensait pouvoir développer une approche historique isolée du reste du monde, ne faisant guère écho au récit historique désormais largement admis ailleurs.

Dun autre côté, un dynamisme de la recherche historique, menée en des lieux très divers par des historiens reconnus internationalement, qui est révélé par la multitude des publications, des articles dans de nombreuses revues, de polémiques intéressantes menées dans le cercle des historiens. (Même si comme la souligné Valerij Tishkov, se développe toute une littérature para-historique. Ici, à nouveau, il me semble que la question de la reconnaissance internationale est fondamentale comme critère de sérieux, au-delà de la reconnaissance par la communauté nationale des historiens.). Ce dynamisme se voit par une activité éditoriale unique. Qui pourrait en France imaginer la publication dune centaines douvrages sur lhistoire dune de ses pages douloureuses, comme cela se fait en Russie sur lhistoire du stalinisme (Rosspen) ? Qui pourrait penser que se développeraient autant de débat au sein de plusieurs revues, sur tel ou tel aspect de lhistoire du 19ème siècle, de la Révolution, du stalinisme?

Il me semble que ces contradictions ne peuvent être éclaircies sans affirmer un certain nombre de principes qui doivent sous-tendre le travail historien et ses relations avec le politique.

Je les évoquerai en trois points:

1. Une communauté historienne internationale, qui conduit à élargir lhistoire nationale et surtout à la dégager des contraintes politiques.

2. Une large ouverture des sources.

3. Poser différemment les questions de limplication du pouvoir, des hommes et femmes dans les drames du 20ème siècle.

4. La place de lhistorien et de sa relation avec le politique.

1. Il est impossible de formuler une seule vérité historique, dautant plus que les représentations de lhistoire les conclusions des historiens sont changeantes, avec le temps et avec le point de vue porté. Il nest donc pas question de  dire le vrai , mais seulement de le mettre en débat ; Le travail historien ne peut se développer quen acceptant, et même en suscitant le débat et la polémique, dabord au sein de la communauté historienne, mais aussi en rendant public ces polémiques et débats. Ils doivent impérativement avoir un caractère international. Car le travail historien nest fécond que sil accepte de dépasser les frontières nationales et accepte lidée quil ny a pas de primat de lhistorien national pour constituer une histoire nationale.

Une histoire nationale ne peut se constituer quau croisement de regards historiens qui viennent de lieux divers. Je rappelle ainsi que lhistoire de plusieurs pages douloureuses de lhistoire de France, comme lhistoire de la colonisation, de la guerre dAlgérie, de Vichy, ont été dynamisé, a été modifié à lincitation dhistorien non français.

Je rappelle aussi que dans leurs relations avec le monde politique, les historiens français, réagissant aux lois mémorielles quils ont perçues comme mettant en cause leur travail, dont a parlé Pierre Nora, ont largement fait appel à des collègues étrangers. Jai toujours été étonné de dentendre en Russie, assez souvent, un discours qui parle dingérence de lhistorien français, allemand ou américain dans la constitution de leur histoire nationale. Cest au contraire salvateur, seul moyen décrire une histoire partagée.

2. Mais cela signifie, deuxième principe essentiel, un accès aux archives très ouverts, qui donne à tous le même accès, qui ne soit pas fondé sur des privilèges ou des accès arbitraires, et qui donne aux archivistes et aux historiens un rôle essentiel dans laccès aux fonds. Cela ne signifie pas que des règles de protections de lindividu ne soient pas respectées, mais, dans le respect de lois qui soient ouvertes, cest aux archivistes et historiens de donner accès aux fonds. Cela signifie aussi, me semble-t-il, que le régime légal daccès doit tenir compte du caractère exceptionnel du stalinisme, et donc en élargir laccès au-delà des limites usuelles. Seule une pression unanime des historiens peut pousser à cela. En France, les historiens se sont battus, se battent pour élargir laccès aux archives des années de décolonisation. Je suis frappé de voir à quel point des débats comme ceux sur la famine de 1933 sont souvent limités par des accès très différents aux archives en Russie, encore difficile, ou en Ukraine, où tout est disponible.

3. Lhistorien doit sefforcer, aujourdhui, de reposer la question de la responsabilité, de la collaboration ou la résistance, de ladhésion, de la participation, des victimes et des bourreaux, aux drames exceptionnels du 20ème siècle. Lhistorien qualifie les faits, les nomme. Il doit cependant se dégager de qualification simplificatrice dont le seul but est de condamner ce qui, de toute façon, est condamnable. Personnellement, je naime pas le débat sur la question du  génocide  de 1933, car il ne porte que sur une qualification, qui plus est a une dimension juridique Mais jattends aussi que toutes les archives présidentielles et du NKVD en Russie soient ouvertes à tous, pour mieux discuter avec les Ukrainiens et sortir dun dialogue de sourds.


Lhistorien et le pouvoir, lhistorien et la mémoire

Ici jen viens au dernier point, cette relation particulière entre historien et pouvoir et la contribution de lhistorien à lélaboration dune mémoire nationale. Personnellement jestime quun historien ne doit pas participer à une commission quelconque, créée par lEtat, pour dire le vrai. Il peut être entendu par des commissions parlementaires, mais ne peut établir de lien de dépendances ou dinfluences directes sur lEtat. La séparation doit être claire, entre ceux qui prennent des lois et ceux qui sont des scientifiques. Lhistorien doit préserver à tout prix son autonomie, et doit apporter de linfluence en ouvrant justement largement le débat public. Que ce soit en Russie, avec cette commission sur la falsification que je réprouve car elle suppose de dire le vrai, que ce soit en France, lorsque lEtat cherche à faire participer historiens ou autres scientifiques à la formulation de ce que serait lidentité nationale, ce type de relations me semble devoir être proscrit.

Nous parlerons cet après-midi de lhistorien et la mémoire historique, ce qui permettra daller plus profondément sur cette question.

[De la même manière, lhistorien nest pas porteur de la mémoire nationale (Ce sera le thème de la première séance de laprès-midi). Il doit rester à distance de tout ce qui porte sur la mémoire nationale. Bien entendu, son travail y contribue, mais par lappropriation qui peut en être faite par la société. Il peut réagir, il écrit partiellement en fonction du développement de récits historiques portés par le politique ou la société, puisquil est inscrit dans le débat public, mais il doit garder une distance suffisante.

Les sirènes du pouvoir sont trop fréquentes, en Russie autant quen France ou quailleurs, pour ne pas résister au maximum contre elles.]




..
. 2000 2010, .


[ | | | | | | | E-mail]